Entre écoute et obéissance

Mis à jour : 20 mai 2020

De nos jours, la place du chien dans les familles est encore assez floue.

Depuis longtemps maintenant, le chien vit à nos côtés, mais au fur et à mesure que le temps à passer, la relation de travail qui existait s'est transformée en relation où le chien obéit à un "maître". Avant l'humain demandait l'obéissance dans le cadre d'un travail, celui-ci a disparu mais la demande d'obéissance a perduré sans contrepartie.

Aujourd'hui, beaucoup d'humains souhaitent avoir un chien obéissant.

L'obéissance qu'est ce que c'est ? Selon la définition de l'internaute, il s'agit de : "L'action d'obéir c'est à dire de se soumettre à des règles dictées par quelqu'un."

Cette définition soulève alors un questionnement. Si on demande à un chien d'obéir, de se soumettre, on serait en droit de s'interroger sur le respect de l'être vivant que cela implique.

Depuis 2015, le chien a obtenu le statut "d'être vivant doué de sensibilité" et n'est donc plus considéré comme un bien meuble.

Toutefois, le fait de demander à un chien de se soumettre à des ordres ne revient-il pas à toujours le considérer comme un bien meuble ?

Le désir d'obéissance du chien découle souvent du principe de dominance qui avait été évoquée par Mr David MECH. En effet, dans ce contexte, l'humain doit montrer à son chien qu'il est l'alpha, le leader et donc le chien doit se montrer soumis.

Après de longues observations, David MECH est revenu sur sa théorie de la dominance, stipulant que celle-ci n'existait pas et qu'on ne pouvait pas parler non plus de hiérarchie dans un cadre inter-spécifique (entre 2 espèces différentes).

De ce fait, les éducateurs canins ainsi que les particuliers qui éduquent les chiens sur ce modèle sont-ils dans le respect de l'animal ?

Et si je vous parlais plutôt d'écoute.

Ecouter signifie (selon le dictionnaire Larousse) : "Prêter attention à ce que quelqu'un dit pour l'entendre et le comprendre". Cette définition sous-entend une certaine mutualité, c'est à dire que les deux partis sont pris en compte. Vous allez me dire que le chien ne parle pas. Je dirai plutôt qu'on ne le comprend pas car il utilise des canaux de communication différents que l'on ne peut interpréter que si on "prête attention". De ce fait, parler d'écoute ne serait-il pas plus respectueux ?

Pour illustrer mes propos, je me permets de faire une comparaison à caractère anthropomorphique.

Imaginez que votre compagne ou votre compagnon rentre à la maison et vous dise "Assis" ou "Coucher".