Les Hypertypes, un mal trop ignoré

Mis à jour : mars 6


Depuis la domestication du chien et du chat, beaucoup de races ont vu le jour.

Chez nos amis canidés, on en rencontre de très petits ou au contraire des géants, des félins qui ressemblent de plus en plus à des grands fauves.

L'humain croise différents matériels génétiques afin d'obtenir des animaux de plus en plus « extraordinaires ».

Après un rapide sondage, il est ressorti que 80% des personnes ne savent pas ce que sont les hypertypes. Alors, qu'est ce que c'est ?

Il s'agit de l'accentuation à l'extrême de certains traits physiques spécifiques à certaines races.

Ces modifications de l'apparence ne sont pas sans conséquences.


Les Berger Allemand ont été croisés afin d'obtenir un chien dont le dos est oblique.

Ils sont devenus au fil du temps complètement dysplasique, déformation de la hanche, ce qui entraîne en vieillissant une forte incapacité à se déplacer.




Les chiens brachycéphales, tels que le Bouledogue ou le Carlin, sont des chiens dont le museau a été raccourci et dont la face paraît complètement écrasée.

Cela engendre pour eux une grande difficulté pour respirer car l'air ne peut pas circuler normalement. Une opération du voile du palais est nécessaire afin de faciliter le passage de l'oxygène.



Le Bulldog Anglais, autre chien brachycéphale, a du mal à supporter sa musculature et ses pattes avant sont déformées.

Son physique ne lui permet même plus de se reproduire de manière naturelle. Les éleveurs sont obligés de procéder à des inséminations.






Le Cavalier King Charles a le crâne trop petit pour le développement de son cerveau, ce qui peut provoquer des crises d'épilepsie. Il est souvent victime d'une maladie particulièrement invalidante : la Syringomyélie. Elle trouve son origine dans la présence d’une malformation congénitale occipitale. Il s’agit d’une malformation de la partie postérieure du crâne qui consiste en un rétrécissement de l’orifice où communique le cervelet et la partie cervicale de la moelle épinière, empêchant alors le liquide céphalo-rachidien de s’écouler normalement (Toutoupourlechien).


Le Dogue Allemand est le plus grand chien qui existe. De nos jours, il devient tellement grand et sa croissance est tellement rapide qu'il rencontre souvent des problèmes de ligaments au niveau des articulations. Une opération peut être effectuée mais en conséquence, le chien reste immobilisé plusieurs semaines.




Le Sharpeï est bien connu pour sa peau plissée. Les humains ayant un Sharpei doivent quotidiennement nettoyer tous les replis de peau car la sueur et les bactéries s'engouffrent dedans ce qui peut être source d'infections.





Le Munchkin est un adorable chat avec de toutes petites pattes. Pas très répandu, on craque souvent pour son apparence juvénile. Cependant cette caractéristique est due à une malformation qui est liée à des problèmes osseux et rachidiens, ce qui l’empêche de sauter et d'explorer en hauteur comme le font les autres félins.



Le Maine Coon est adoré de beaucoup de particuliers. Chat géant, on veut le voir ressembler à un lion, mais cette croissance à outrance le prédispose à de l'arthrose et divers problèmes articulaires.






Chez le Persan, on cherche une fourrure de plus en plus longue et une face de plus en plus écrasée. De la même façon que le chien brachycéphale, le museau court chez le chat provoque des difficultés respiratoires ainsi qu'une obstruction des canaux lacrymaux.




Les chats à la robe blanche et aux yeux bleus, comme l'Angora Turc, ont 1 chance sur 2 d'être sourds. Le gène W (correspondant à la robe blanche) bloque la migration des cellules responsables de la pigmentation (les mélanocytes) dans tout le corps. Non pigmenté, le poil reste blanc. De plus, dans 60% à 70% des cas, ce gène empêche également la pigmentation de l'iris, qui garde sa couleur d'origine : bleu. Mais le gène W peut aussi être responsable d'un autre effet : les cellules de l'oreille (celles de l'organe de Corti) ne survivent pas au-delà du 5e jour de vie du chaton... qui devient donc sourd. (Sciences et Avenir)

Ce ne sont que quelques exemples les plus parlant car les races les plus connues.

Toutes ces accentuations des traits de caractères engendrent énormément de souffrances pour l'animal

Le but de cet article est d'informer le plus de monde sur ces aberrations, afin que le plus grand nombre sache qu'il s'agit d'une forme de maltraitance cachée.

Dans notre société, où le bien-être animal est trop souvent mis de côté, une prise de conscience s'impose. Il est donc important de faire les bons choix : le choix d'adopter une race dont les traits physiques n'ont pas été modifiés à l'excès.

Tant qu'il y aura des demandes, il y aura de la production.

Savoir, c'est agir pour le bien-être de nos animaux. Soyons responsable.


Par Patricia EYMARD

Comportementaliste spécialiste du chien et du chat

49 vues

My Team

La fine équipe de poilus

© 2019 by Pattes & Pat Tous droits réservés

Suivez-moi sur les réseaux sociaux

  • Facebook
  • Instagram